CHRISTINE GRANET BERTHET (NEE EN 1956)

Lot 119
500 - 700 €
Résultat: 950 €

CHRISTINE GRANET BERTHET (NEE EN 1956)

STRATES, 2013 Acrylique et gelcoat sur papier Monogrammé et daté en bas à droite Signé au dos du montage Titré et daté sur un cartel au dos du montage 58 x 38,5 cm Si Christine Granet Berthet est issue de la jeunesse dorée parisienne, elle ne s'est pourtant pas laissée éblouir. A ses études de droit, auxquelles elle était destinée, elle préfère le dessin et le stylisme. La création la conduit au sein du groupe de Guy Laroche, dont elle devient le bras droit. Styliste de talent, elle crée des collections au gré de ses fulgurances, qu'elles soient minimalistes ou hyper colorées. La maternité ravive chez la jeune femme le besoin d'enfanter une création pure. Loin des artifices, elle se consacre depuis de nombreuses années à son art qui n'a pas une genèse académique. Le croquis de mode sera l'unique point d'ancrage de son Oeuvre. Son langage est fait de toutes les couleurs, pures ou cassées. Son répertoire de formes quant à lui est né de ses désirs, la géométrie succédant à l'abstraction lyrique avant de laisser surgir d'étranges figures, qui disparaîtront de nouveau. «Du rouge au vert, tout le jaune meurt» disait Apollinaire. De 1991 à 1995, ses oeuvres sont découvertes par le grand public au célèbre Salon d'Automne avant d'être exposées au Salon de Mars deux ans plus tard. De l'an 2000 à 2003, le Salon des Indépendants abrite ses toiles au Grand Palais. La galerie Grosvenor-Evrard à Versailles lui consacre aujourd'hui une exposition personnelle. Dans une réflexion empirique, cette artiste se laisse abreuver de ses rencontres: «la création est partout, c'est l'oeil qui fait la différence» confie-t-elle. L'outil, dès lors, peut-être détourné. Ses séries se nomment les rêves, les géométriques, les dézingués, du nom de ces personnages qu'elle affectionne. Mais ceux-ci ne sont pas des hallucinés, ivres du dérèglement systématique et raisonné de tous les sens, ils adviennent dans sa peinture offrant une fantaisie et une subversion du réel. Ils sont les icônes de son imaginaire. Comme une invitation au voyage, l'art de Christine Granet Berthet entraîne par transparence ou explosion dans une palette empreinte de chaleur et d'une part d'involontaire, dont elle aime les improvisations. Hier, sur une toile sobre, elle réalisait des compositions géométriques; ses papiers, aujourd'hui, dégoulinent de couleurs... Une liberté s'invite de plus en plus dans son art qui ressent et exprime de mystérieuses correspondances, dans un monde où le réel et l'imaginaire se fondent, comme la vie secrète des énigmes. L'artiste quant à elle, se nourrit de sa peinture, dont elle aime qu'elle lui échappe. Elle a fait sien le précepte de Picasso: «Peindre d'abord, regarder ensuite ». Tal-Coat ou Richter sont aujourd'hui ses référents mais l'admiration qu'elle leur porte se détache de toute influence. L'artiste avec humilité avoue rechercher une signature, au gré des techniques qu'elle égrène. Les correspondances intimes que Christine Granet Berthet engendre créent des rapports qui ne sont ni logiques, ni attendus, mais qui s'épousent. Avec la connivence que l'instinct d'un artiste seul maîtrise, on réalise que tout s'équilibre, comme par enchantement. Sans doute parce que cette artiste aime abandonner ses pinceaux au frémissement de la vie, au-delà de tout héritage.
Mes ordres d'achat
Informations sur la vente
Conditions de ventes
Retourner au catalogue
Cornette de Saint Cyr maison de ventes
6 avenue Hoche - 75008 Paris, France
Agrément 2002-379 / 2002-364
Tél : 33 (0)1 47 27 11 24
info@cornette-saintcyr.com





Quelques résultats